L’Attirail

L'ATTIRAIL photo de S.Vincenti
L’ATTIRAIL photo de S.Vincenti

Fondé en 1994 par Xavier Demerliac et Jean-Stéphane Brosse, le groupe invente alors une musique acoustique imaginaire sans frontières et sans racines mais aux multiples influences : Nino Rota, Ennio Morricone, 3 Mustaphas 3, Les Négresses Vertes, Goran Brégovic, Pascal Comelade, Les Pires.
Pionnier dans les mélanges européens et balkaniques, les albums de L’Attirail sont pensés comme des road-movies musicaux, des invitations au voyage sans destination précise, juste avec l’idée de partir et l’envie de créer des ponts, entre l’Est et l’Ouest, entre puristes de la tradition et adeptes de la modernité.
Après 6 albums à construire une Europe virtuelle allant de Paris à la Mer Noire, des Balkans à l’Asie Centrale, le groupe enregistre à partir de 2009 une trilogie du Grand Ouest aux accents mexicano-rock. On passe ainsi de l’Ouest originel (Wilderness) à l’Ouest sans foi ni loi (Wanted Men) et enfin à l’Ouest pacifié (Wire Wheeels).
A partir de La route intérieure (2015) se dessine une synthèse des 2 grandes périodes discographiques de L’Attirail, un pont naturel entre l’Est et l’Ouest, la vieille Europe et le nouveau Monde.
Impossible d’évoquer l’histoire de L’Attirail sans parler de cinéma et de musiques à l’image. Le groupe a enregistré plusieurs BOF de cinéma (Mon Meilleur Ami, Peau Neuve) et aussi de téléfilms (Tout est Permis, Charmants Voisins …).
Sa musique est régulièrement utilisé dans des longs métrages (dernièrement une partie de la BOF de My Sweet Pepper Land, western kurde), des bandes annonces (Taxi Téhéran), des documentaires et des publicités (Microsoft, Amora …).
L’Attirail a aussi enregistré plusieurs musiques de spectacle (Cie Jérôme Thomas, Cie L’Eolienne …) et des albums d’illustration sonore (Kosinus Records).
Depuis 2008, L’Attirail crée un ciné-concert par an en partenariat avec Cannes Cinéma et joue régulièrement sur des films muets allant du burlesque au fantastique dans des festivals, des théâtres et des cinémas.

Albums

L'Attirail Footsteps In The Snow
L’Attirail, Footsteps In The Snow CSB116

« Footsteps In The Snow »
L’ATTIRAIL
Les Chantier Sonores / CSB Productions
L’Autre Distribution
(août 2021)
Un disque « sélection FIP » de septembre 2020

Selection FIP

Pour ce 13ème album, L’ATTIRAIL, toujours emmené par Xavier Demerliac, élargit sa musique des Grands Espaces.
Après notamment une trilogie d’un Grand Ouest fantasmé et un dernier opus flirtant avec le ska d’une manière libre et joyeuse (How to Swim in the Desert), Footsteps in the Snow marque un retour à de larges influences qui agrandissent l’espace géographique du groupe, dans une ambiance ou se mélangent exploration, expéditions, banditisme social, nomadisme et fièvre de l’or.
Sidi Bemol, déjà invité dans How to Swim in the Desert, s’insère parfaitement dans cet univers en signant plusieurs textes. Lui‐même brouille les pistes en jonglant avec le kabyle, l’anglais et le roumain et participe à ce mélange de repères géographiques et de temps. Ce nouveau road‐movie musical en 14 titres est fait d’une musique accessible, imaginaire et transglobale qui, sans défendre une culture en particulier, est naturellement attirée par les timbres des musiques du monde.
Les morceaux évoluent sans être inutilement complexes, avec une variété de sonorités, de rythmes et de tonalités, privilégiant petits arrangements et rebondissements sans jamais devenir bavards.

L'Attirail - How To Swim In The Desert
L’Attirail – How To Swim In The Desert

« How To Swim In The Desert »
L’ATTIRAIL
Les Chantiers Sonores / CSB Productions
L’Autre Distribution (décembre 2018)

Ce douzième album, burlesque et sensible, flirte avec le ska d’une manière libre et joyeuse.

L’Attirail avec cette thématique farfelue des sports nautiques dans le désert incite à un nouveau voyage toujours plus onirique et surréaliste.
Sidi Bémol y participe pleinement en chantant sur trois titres et ses textes drôles, sensibles ou loufoques (il s’approprie la langue kazakh d’une façon très libre dans Le drogman fait la planche) font que pour une fois toutes les histoires de L’Attirail ne sont pas sans paroles…
Cet album évoque différentes fédérations sportives du désert (l’association kazakh de natation, le club d’aviron de Zalanash) et s’intéresse plus particulièrement aux poissons volants pris dans les tempêtes du désert, au mirage des pâtés de sable, aux apparitions mystérieuses de grandes flaques d’eau, aux techniques de nage dans les oasis , ainsi qu’à l’accoutrement inadapté des directeurs sportifs….
Dans cet état d’esprit, Xavier Demerliac et Sidi Bemol se sont retrouvés pour tourner un petit film dans le désert ou il est question d’un mystérieux plongeur égaré et d’un bivouac autour d’une vénérable horloge comtoise

 

L'ATTIRAIL, La Part du Hasard
L’ATTIRAIL, La Part du Hasard

« La Part du Hasard »
L’ATTIRAIL
Les Chantiers Sonores / CSB Productions
L’Autre Distribution (octobre 2017)

Ce onzième album aborde une double thématique, le voyage et le jeu, avec en fil directeur une très longue partie de poker à rebondissements dans un train traversant le Mexique à la fin du 19ème siècle. Qu’ils soient tricheurs ou pas, indiens, mexicains ou sudistes, ils tentent tous leur chance et parfois leur vie dans un existentialisme du hasard.

 

Vidéos

Site officiel

Pour tout savoir sur L’Attirail : lattirail-groupe.com